22 janvier 2008

26 décembre 07 : Shaolin, wushu et collines enneigées

Nous voilà arrivés à Luoyang en province du Henan après une longue nuit en train. Et quelle nuit ! Pleine d'entrain, de confiance et me souvenant de mon voyage pékin-shanghai, je me disais que ca allait être tout cool cette nuit, en plus on était trois, donc plus marrant. Oui sauf qu'en hiver voyager en assis dur, la classe bondée, surchauffée et glaciale en même temps, c'est parfait pour choper une crève qui abat les plus vaillants. Du coup méla et moi, au début toutes contentes d'avoir eu la place à la fenêtre on a passé notre nuit à ouvrir et fermer cette fichue fenêtre et on s'est retrouvées le matin la gorge en feu, le nez pris et les yeux un peu rouges tandis que camille lui avait eu un peu froid (on crevait de chaud nous deux !!). Bon pas de bagarre, camille nous bat largement pour les yeux bouffis, car ce n'est pas un vrai de vrai, pas fichu de dormir dans un train chinois, hihi!! Mis à part ca on a plutôt passé un bon trajet, entre petites heures de sommeil, mots-croisés (ce qui intéressait grandement nos voisins, c'est vrai que le concept des mots croisés pour des gens écrivant en caractères ne doit pas être évident à comprendre), conversations en français (ce qui intéressait à peu près tout le monde du train à portée d'oreilles), parcours du combattant pour atteindre les toilettes, conversations avec les chinois (très succintes vu mon niveau) vendeurs de nourriture, lampes de poches et autres (dont le fameux stylo-lumineux-qui-écrit -même-dans-le-noir-et-détecte-les-faux-billets)..bref un voyage animé !

Arrivés à Luoyang, première mission : acheter des billets pour le soir même. Pas de souci, les gares en chine sont comme en france, les guichets sont indiqués et hop c dans la poche, on a jusqu'à minuit ! Ensuite deuxième mission de la journée, et pas des moindres il faut le dire : trouver la station de bus tout en évitant les rabatteurs. Les rabatteurs en chine, surtout dans les endroits touristiques ont l'oeil affûté, la carte à la main pour nous vendre le trajet en bus et savent parler suffisamment d'anglais pour nous vendre leur bus direction shaolin. Ah mais non on ne veut pas nous, on aura beau refuser en anglais, français ou même chinois que la madame nous suivra partout dans la rue pour nous faire monter dans son bus, même quand on lui aura dit qu'on cherchait des toilettes. Bon en même temps c'est leur boulot, on est les 3 pauvres blancs en hiver, mais quand même ca tape un peu sur les nerfs ca !! On finit par trouver la gare routière (et surtout éviter les fausses gares routières), on achète les tickets connaissant d'avances les tarifs et destinations en chinois. Mais là encore un rabatteur essaie de nous avoir et tente de nous amener vers la sortie....on l'aurait presque cru, il était bien habillé tout classe, parlait anglais, mais le panneau sortie ne nous a pas trompé! non non et non, on ne fait confiance qu'aux employés en uniforme ! Quand même une petite appréhension dans le bus après que le conducteur (auquel nous avait emmenés une employée) lise et relise nos billets avant de nous faire monter. Et si c'était une fausse employée ? au sein de la gare routière ? non quand même pas c'est abuser...mais pourquoi le bus est tout vieux tout pourri comparé à d'autres ? bon ne devenons pas parano, on n'en est qu'au début du voyage, je demande à un voyageur où on va, et oufff c'est le bon bus, ya plus qu'à attendre. Le trajet se déroule bien, surtout qu'on a allégrement dormi pendant une bonne heure. Je me suis simplement réveillée pour voir ... du brouillard !! Une vraie purée de pois ! Alors 1) c'est pas cool si on veut visiter, 2) je crains un peu pour nos vies...monter des routes sans garde-fou, une pente abrupte d'où on ne voit pas le fond ce n'est pas rassurant...surtout en chine où les gens roulent comme des fous doublant par la gauche comme par la droite !! mais en fait non je suis vite rassurée, le conducteur connait son affaire, freine suffisament pour ne pas emboutir le camion de devant qu'on voit au tout dernier moment. Et même pas dix km avant l'arrivée hop le brouillard se lève d'un coup. Nous arrivons sans encombre au temple Shaolin directement ! Le froid extérieur nous réveille mais nous y voilà !

noel_07__226_Le temple Shaolin c'est en fait plein de temples, écoles de kung fu. D'ailleurs en parlant de kung-fu les chinois disent plutôt "wushu" 武术. Ben je croyais que c'était du chinois le kung fu. Interrogeons notre petit guide inséparable, j'ai nommé le guide bleu :"c'est dans le monastère Shaolin que fut développé l'une des formes du wushu, les arts martiaux chinois, plus connus en Occident sous leur appellation cantonaise de kongfu" ...Ah voilà le pourquoi du comment...bon ne nous attardons pas sur ces détails pratiques, et allons visiter. Après s'être acquitté d'un droit d'entrée exhorbitant (heureusement la seule fois des deux semaines) on y va. Sur le chemin on voit des dizaines, centaines de jeunes et moins jeunes s'entraînant dans les champs sous la direction de leur aînés. J'ai été presque déçue, ils sont en survêtements ! Mais bon c'est vrai il fait froid, et c'est sûrement plus pratique. On passe devant des bâtiments aux allures de centre d'entraînement, de dortoirs, on croise des poules (n'oublions pas qu'on est en pleine campagne, perdu dans le Henan). Dans un des bâtiments a lieu une représentation. Et c'est impressionnant !! Voir ces gamins d'une dizaine d'années et leur aînés effectuer tous ces mouvements, on sent la différence avec le commun des mortels. Bien sûr ca fait très show tout ca, mais quand même ils ont du s'entraîner dur pour faire tout ca!

Suite à la demande des nombreux lecteurs assidus, une petite vidéo de wushu prise par mélanie, j'adore les commentaires d'intro ^^.

 

camille_m_la__1221_On visite aussi le temple shaolin : Shaolin Si ou monastère de la Petite Forêt. Entourés de murs rouges dominés par des tuiles vernissées et d'épaisses frondaisons au pied d'une montagne, le monastère date d'il ya très très longtemps...bien avant la dynastie des Tang (mais je n'en sais pas plus). Dans la première cour se trouve une forêt de stèles dont celle représentant Bodhidharma traversant le Huanghe sur un fétu de paille (mais je ne suis pas sûre de l'avoir bien vue celle-là, yen avait trop) puis la Salle des Mille Bouddhas (peintures murales) et surtout on peut y observer le dallage en brique défoncé en de multiples endroits qui seraient les traces laissées par les moines s'exercant inlassablement. Enfin à la fin on a vu un musée de cires censés representer les circonstances du développement des arts martiaux avec les 13 guerriers. Un peu à l'abandon cette galerie, mais néanmoins intéressantes. Allez c'est reparti pour les petites histoires : à la base une série de longues séances de méditation et concentration visant à fortifier et contrôler les muscles et le souffle, ces exercices ont été utilisés par 13 moins venus au secours de l'empereur Taizong de la dynastie des Tang, assiégé dans Luoyang. Bien entendu ils pnt mis en fuite les ennemis et le monastère Shaolin est devenu dès lors un véritable bataillon de moines guerriers. Ils accompliront d'autres exploits au cours de l'histoire chinoise. Exploits que l'on connaît grâce aux nombreux films hong kongais, Bruce Lee, Jackie Chan et tant d'autres..Mais on a pas vu de shaolin soccer ^^

Ensuite on continue notre chemin et on tombe sur un ensemble de quatre galeries réunies en leur centre. Il s'agit de Bouddha représenté sous pas moins de 500 formes différentes (si on a bien compris les explications). Toutes les formes, couleurs, ventres repus ou non y sont. Toujours sur la route, nous voilà à la forêt de stûpa qui correspond à la nécropole des supérieurs du couvent. Pas moins de 260 monuments en briques d'hauteurs variables (de 1 à 15 m). Elles datent de la fin du VIIIe au XIXe siècle. Autre religion, autre cimetières.

noel_07__250_On continue toujours les visites, on ne prend même pas le temps de manger, on est des fous! Alors bon qu'est-ce qu'il reste à faire? Si on s'en refère à la carte au dos du ticket, il reste des temples, certains accessibles par téléphériques et des rabatteurs nous y invitent. Oui mais bon vu la brume pour ce qu'on ne va pas voir on n'a pas envie de payer nous...et puis on peut marcher on est jeune et plein d'espoir. Au final on finit par négocier (mais on avait rien demandé nous!) pour un trajet en pouss pouss motorisé. Il faut avouer que le touriste se fait rare en cette saison, ou bien ils ne sont pas fous les gens, ya de la brume, ils ne montent pas vers les collines. Mais il se trouve qu'on est là, les seuls touristes et j'entends un prix des plus intéressants! 10 yuans pour 3 pour aller jusqu'à la prochaine colline à 2km...allez je teste mes maigres connaissances de chinois, je m'assure que c'est 10 yuans pour 3 et non pas personne et on monte! L'engin se révèle des plus cocasses : une petite remorque installée sur une moto, avec deux petits bancs, une bâche pour protéger des intempéries...confort et sécurité très rudimentaire mais allez bon, on est dans le parc, ya pas de circulation et à ce prix-là c'est donné. Et puis ca monte dur dur, la moto crache tout ce qu'elle a, mais on y arrive. Une fois sur place, notre conducteur nous propose le retour. On se met d'accord sur le prix (ca négocie plus sec car là c lui ou à pied, mais on a peur de rien) il nous accompagne voir la chute d'eau (euh mais pourquoi il vient ? il a peur qu'on reparte sans lui ?) et puis nous (enfin surtout méla) voit un chemin qui monte des plus sympathiques. Allez c'est parti on va se la monter cette colline! Du coup notre chauffeur-guide nous prévient qu'on en a pour 3h bonnes heures et décide de nous attendre à l'entrée. Ok ca nous va très bien, on se sentira moins gêné de parler entre nous et on va y aller à notre rythme. C'est qu'on se traîne noel_07__273_une bonne crève avec méla! On monte des marches, d'autres marches, toujours des marches... Des petites pauses (je vais creveeeer) photos, mouchis et réhydratation de la gorge ponctue la montée.  Camille il est sympa , il nous dit "allez je vois la fin" coool mais non! c'était un faux sommet, juste un peu de plat avant de repartir sournoisement sur le flanc de droite...aaaah je vais crever, je râle (au sens propre comme figuré) mais courage on est venu, on ne va pas abandonner si près du but !! En chemin on croise qqs touristes chinois, certains nous encouragent, d'autres nous conseillent de faire demi-tour, on continue, ya de la neige maintenant (enfin juste assez pour lancer deux trois boules, mais pas assez pour tomber...heureusement car on n'est pas vraiment équipés, surtout moi avec mes petites gazelles). Et enfin on y arrive! Au sommet (où il fait tout froid, plein de vent qui glace le dos). Bon ok on ne voit rien à 10m trop de brume, mais on l'a fait! Et puis qui dit qu'on ne reviendra jamais, qui sait, qui sait... Il fait tellement froid et venteux que la glace a pris sur les branches, orientée dans le sens du vent ! fou ca...pour qui ne connait pas les hivers blancs! Bon il est déjà temps de redescendre, alors c'est reparti, beaucoup moins fatiguant mais crevant quand même, ca tue les genoux ca ! mais ca fait du bien de se bouger un peu après tous ces mois d'inactivité! une petite pause manger est la bienvenue (premier repas à 16h il était temps!) et surtout avec du CHOCOLAT !! que du bonheur :D ! En bas notre chauffeur est là, on est un peu en avance, du coup il nous convie à nous réchauffer autour du feu en dehors de sa maison, enfin plutôt un genre de cabane...les chinois ne roulent pas sur l'or ici non plus. On tape un peu la discute, je fais l'interprète, on se remet bien d'accord sur le prix de la course (ah là j'ai pas tout pigé, au final on paiera un euro de plus du à ma mauvaise compréhension mais bon il a été honnête et m'a tout écrit, bien demandé si j'étais d'accord et j'ai acquiescé). Et là LE trajet le plus drôle qu'on ait jamais fait : toujours plié en deux dans sa remorque, à moitié dans le noir, on refait la route en sens inverse et attention on prend la route! la grande route avec des vraies voitures, des gros camions qui font peur..tout ca sur la moto qui a bien du mal à gravir les côtes, l'embrayage aux bruits plus que suspects, dans les descentes notre chauffeur économise son essence et coupe le moteur...mais ca nous fait bien rigoler quand même! Et puis on roule sur la voie des vélos donc pas de risque de se faire rentrer dedans. On arrive sans encombre à Dengfeng à une dizaine de km. On paye, il nous serre la main à méla et moi (ah non camille toi t'as pas le droit) et hop on se dirige vers la gare routière.

Ah la j'avoue que c'est devenu bien moins drôle. A peine le chauffeur reparti on s'est fait harponner par des rabatteurs d'hôtels car selon eux ah non non plus de bus pour Luoyang (où on devait reprendre le train!) ah mais NON on ne veut pas d'hôtels on veut aller à Luoyang, c'est tout. On se fait suivre (encore!) mais on cherche des sources d'informations plus fiables, on trouve la gare routière et effectivement on a raté le dernier bus, il est 18h30, le dernier était à 18h...aahh la boulette maelenn! Bon allez on garde courage, on doit rentrer pour ne pas perdre de temps, ne pas payer d'hôtel où on va se faire arnaquer de toute façons et on va prendre le taxi, on n'est qu'à 90km après tout... Là deuxièle boulette de ma part : je voulais avoir une idée sur le prix du trajet, et même en demandant aux vrais chauffeurs de taxi (les licenciés) on m'annonce des prix exhorbitants étant donné le prix au km...Ok eux voyant trois pauvres touristes perdus ils se sont frottés les mains et ont compris que je voulais négocier...Arrgg ne jamais demander le prix de la course à un vrai taxi, il va faire ca au noir et essayer de vous plumer ! Bon après plusieurs taxi on finit par tomber d'accord sur un prix qui me semble acceptable tout en sachant qu'on se fait déjà voler un peu, et c'est parti (on a enfin laché nos rabatteurs d'hôtel et taxi!) ...mais ce n'est pas terminé! D'abord notre chauffeur ne sait pas trop par où aller 0_o! Il me demande le chemin, mais euh j'en sais pas plus moi! Bon on finit par embarquer un de ses potes, et c'est reparti...heureusement on était pas trop pressé...et là manque de pot, le brouillard qui tombe! un truc de malade, c'est une vraie purée on y voit pas à 10m, ya pas de lignes blanches réfléchissantes et le taxi n'a pas de feux anti-brouillard avant ! mais quel bordel!! Le pote ouvre sa fenêtre et se guide sur le bord de la route...Hum on n'est pas super fier à l'arrière, pourvu qu'on renverse personne... Et là le chauffeur nous dit : non ce n'est plus possible, c'est trop loin le temps est mauvais, j'arrête ! HEIN !! non non pas moyen on est paumé en pleine campagne (plus désert ya pas), c'est la nuit noire, y a pas personne d'autre sur la route nous on veut pas s'arrêter là ni retourner à Dengfeng dormir à l'hôtel !! Bon évidemment tous ces échanges prennent plusieurs minutes le temps que je comprenne et que j'arrive à lui faire comprendre ce que je veux (aller au train, prendre mon train ca toi comprendre!!) Et alors là le chauffeur avec son pote me proposent un marché : ok on continue mais faut payer 100 yuans de plus! Espèce de **** mais on n'a pas le choix nous, sinon on va perdre du temps et de l'argent. S'ensuit une négociation pour le prix, je leur dit clairement il ne me reste plus que 50 yuans (faux bien sûr mais s'ils se la jouent malhonnête on sera deux à ce jeu !) ok ok, ils continuent..Bon on est un peu sur les nerfs, le brouillard et la pluie n'aidant en rien notre allure d'escargot il faut attendre, attendre... Et là coup du sort : l'essuie glace nous lâche !! AAARRRGG mais c'est pas vrai on va jamais y arriver !! Les deux gars essaient de réparer ca tant bien que mal, trouve des outils mais rien n'y fait il est mort l'essuie glace...mais on continue quand même, encore plus lentement mais on continue. On s'arrête tous les 500m pour enlever la pluie à la main! Aaahh mais pourquoi les essuies glaces internes et manuels n'existent plus ! La tension monte toujours...On arrive enfin aux abords de Luoyang (où je dois payer le péage!) et là notre chauffeur nous revend à un autre taxi !! Oui revend, il nous annonce clairement, bon vous continuez avec celui-là et je veux mon argent ! Ah non pas d'accord nous : on n'est pas arrivé à destination, tu nous as déjà bien escroqué depuis le début, et j'ai payé le péage en plus! Le ton monte un peu (sous l'oeil amusé de l'autre taxi) je récupère mon argent de péage, paye la somme due à notre voleur et dit clairement que le deuxième ne sera pas payé. Cela leur convient, on monte ds le deuxième taxi, les chauffeurs font leur magouilles entre eux et au bout de 5 min nous y voilà enfin à la gare ! Au final 250 yuans (25€) pour 3 et 90 kms ce n'est pas cher par rapport à la france, mais je suis sûre qu'on a payé au moins le double si ce n'est plus...enfin tant bien que mal on est arrivés entiers sans tuer personne, on a nos affaires et encore un peu d'argent. On va se requinquer en mangeant au resto, on s'endort un peu beaucoup dans la salle d'attente de la gare, on monte dans le train et on s'endort pour de bon direction Xi'an. Quelle journée!

Posté par bretonnencavale à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 26 décembre 07 : Shaolin, wushu et collines enneigées

Nouveau commentaire