21 octobre 2007

21 octobre 07 : le chinois en 1001 leçons (2)

leçon n°2 : l’écriture : on écrit, on dessine…on fait quoi ?

Ah ben oui, il ne suffit pas de savoir prononcer, car l’écriture n’a strictement rien à voir avec le pinyin. Ce n’est pas parce qu’on entend le son « chi » qu’on saura l’écrire, même en reconnaissant le ton. Inversement en voyant un caractère, si on ne sait pas comment le prononcer on ne peut pas le deviner. Tout le monde peut lire de l’allemand, anglais, espagnol, sans comprendre mais savoir lire ! On me dira « ah mais bon ca fait une belle jambe si on ne comprend pas », c vrai mais pour ces langues des fois on reconnaît un mot appris ou entendu il ya longtemps et ca ca aide ! En chinois, pas moyen ! Du coup pas trente-six solutions, on prend son courage à deux mains, et on apprend ! Pour chaque « mot » il faut connaître rigoureusement le pinyin, la prononciation et l’écriture. Combien de caractères en chinois, 50 000 je crois…arrgg mais il ne me reste plus que 6 mois ici…que faire !? Bon on respire, et à vrai dire, le chinois ca s’apprend tout au long de la vie, les chinois eux-mêmes ne connaissent pas tous les caractères ! En fait on dit qu’à partir de 3 000 caractères un étranger peut se débrouiller dans la vie courante, le chinois moyen en connaîtrait 10 000. Ah ben tout de suite on se sent mieux ! Si les petits chinois de 6 ans sont capables de parler pourquoi pas la française de 22 ans !?? Hein après tout, je suis têtue et ne lâcherai pas le morceau ! Et puis….. il y a des feintes ! sont malins ces chinois ! 

les pictogrammes : ce sont des caractères qui représentent graphiquement les notions. Les caractères ne sont pas gribouillés n’importe comment et ont toute une histoire ! 

  chuan :  ce qui signifie …ben brochette enfin non !?
 mu : arbre, un peu plus subtile mais l’image est là.

les symbologrammes : caractères représentant des notions plus abstraites

  ben racine, commencement : un arbre marqué à sa base

 mo extrémité, fin : un arbre marqué à son sommet 

les idéogrammes : très répandus, qui correspondent à la combinaison de caractères simples, de leurs idées vers une signification logique

 + = : prisonnier  人:une personne 口:frontière
 
les idéophonogrammes
: deux éléments graphiques, l’un la « clé » qui donne une indication sur le sens du caractère, l’autre donnant parfois une idée sur le son. La majorité des caractères chinois sont des idéophonogrammes.

ex : avec le caractère (wang = roi) on obtient :

 
 
 clé de l’eau + phonétique wang = vaste et profond

  clé du soleil + phonétique wang = éclatant

  clé de l’arbre + phonétique wang = courbé

 
Donc avec tout ca, et quelques bases, ca aide. Le chinois est une langue vraiment logique et parfois on peut deviner le sens en ne connaissant que la moitié des caractères, mais parfois seulement et puis seulement pour les étudiants doués.

N’empêche que j’aime bien farfouiller un peu dans les racines des mots (un peu comme le latin et l’étymologie des mots français) mais là j’ai un souci ! Et je fais appel à toutes personne calée en chinois et/ou biologie végétale. La pomme de terre communément appelée patate par tous les gens de la campagne (dont je suis une fervente partisane ^^) se dit «土豆 »tudou. Pratique de le savoir, ca se replace dans une conversation, on peut faire son marché mais pourtant… problème ! En effet la clé « « » signifie la terre, ce qui tombe bien pour notre pomme de terre, mais «  » signifie « légumineuse dont la gousse ou les graines sont comestibles » (dixit le dictionnaire). Ah mais non, la patate, notre bonne vieille patate n’est pas une légumineuse ! Je me souviens des les avoir plantées ces patates tandis que mon père m’expliquait qu’elle appartenait à la famille des solanacées (comme la tomate, sa cousine). Ah mais c’est qu’en plus le même dictionnaire récidive et m’annonce que 茄子qiezi, signifie « aubergine, ou toute plante appartenant à la famille des solanacées ». Et puis je retrouve la même chose dans les livres, et c’est ce que tout le monde dit. Et ce n’est pas le dictionnaire qui mélange tout puisque le haricot (légumineuse modèle) se dit « 豆角 » doujiaor. Alors que penser ?? Les botanistes chinois mélangent tout et font la soupe? …oui oui je n’ai que ca à faire :D !

Posté par bretonnencavale à 20:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 21 octobre 07 : le chinois en 1001 leçons (2)

    Ils sont fous ces chinois Maelenn, c'est pour ca que les haricots ou les auberhines chinois sont des légumes d'une race douteuse pour les européens, enfin pour toi au moi !!!!!

    Et sous l'Empire les lettrés avaient recensés dans une encyyclopédie l'existence de plus d'un million de caractères....Bon courage !!!!!!! ^^

    Posté par Bwé, 28 octobre 2007 à 04:26 | | Répondre
Nouveau commentaire